« Vivre prudemment ... | Accueil | Un chiasme caché »

16 février 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

le mari de juliette

Hé Victor Hugo, la juliette va se marier, alors si tu la lâchais?

Victor

Je découvre avec retard votre commentaire qui me concerne et me déconcerte. A vrai dire j'ignorais que Juliette allait se marier ou même avait un mari, doté de plus de l'amicale et imaginative adresse danstonpif@danstonpif.com.

Cette note mérite-telle une telle réaction ? A lire la correspondance de Juliette, j'ai toujours eu l'impression qu'elle savait se défendre elle même plutôt bien. Et qu'elle n'avait jamais été la propriété de personne. Surtout pas la mienne, qui l'ai toujours considérée comme un être humain lumineux, un sujet libre et capable de décider pour elle même, et non comme une "épouse de", une possession à défendre, une prise de guerre à mettre au coffre.

Alors heureux mari ou futur mari de Juliette, soit. Je vais me faire plus petit encore - mon Dieu, j'avais déjà tellement rétréci - et éviter de lui marcher sur les pieds. Non pour vous - que je ne connais pas mais dont la vigueur à la défendre dit la passion - mais pour elle. Parce que je l'aime plus que vous ne pouvez l'imaginer et que, si vous disiez vrai, je veux pas prendre le risque de l'empêcher d'être heureuse. Non, je n'oublierai pas Juliette, pas un seul jour - Cela serait trop me demander. Peut être vais-je écrire la légende des siècles - cela devrait m'occuper pendant quelques temps.

J'ai juste un voeu. Prenez soin d'elle avec constance et douceur. Aimer - c'est Juliette qui me l'a rappelé - c'est d'abord et avant tout, prendre soin. Ce que je n'ai pas su ou pu faire et qui est pour moi une source de douleur immense. Ce que j'ai cherché à faire à ma manière, très mal surement, avec beaucoup de trop de mots, mais avec constance et avec passion, même si ma vie, et les engagements pris vis à vis de ceux qui la partagent et que j'aime avec tendresse, n'ont rendu la chose ni facile ni confortable.

Oui, prenez soin d'elle et bonne chance à vous deux. Je vous souhaite - vraiment - d'être heureux.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.